Défilé Biennale de la danse 2006 
bandeau haut
  UN PONT - DEUX RIVES
XXX

 

BIENNALE DE LA DANSE 2006 :
. UN PONT, DEUX RIVES…

Cette année, le Défilé donne la part belle à la ville, sous toutes ses formes diverses et variées : ville linéaire, ville imaginaire, ville festive, ville réseau, ville d'échanges.
Le défilé vaudais et fidésien, intitulé "Un pont, deux rives" a choisi de mettre à l'honneur un objet urbain emblématique de l'agglomération lyonnaise : le pont. Objet Urbain du déplacement horizontal, le pont permet d'aller vers l'autre rive, vers la rencontre.

Le pont a toujours été le symbole du passage rendu possible, de la communication établie entre deux lieux séparés par un obstacle, à l'image du pont de Mostar qui unissait traditionnellement le quartier musulman et le quartier chrétien. De nombreux auteurs l'ont utilisé de manière allégorique pour évoquer les liens qui unissent les hommes. Il a toujours rempli une fonction économique et sociale de première importance : permettre la circulation des hommes et des marchandises en tirant un trait sur les obstacles et en effaçant les frontières.

points

 

La variété de leurs dimensions et de leurs formes reflète le développement des connaissances techniques de l'Humanité et l'histoire des matériaux de construction. Ils sont le symbole de la liberté, de la rencontre, de la découverte, de l'obstacle surmonté, de la nature dominée par l'homme et des techniques qu'il a mises au point.

Grâce à un pont imaginaire qui enjamberait l'agglomération lyonnaise d'est en ouest, vaudais et fidésiens communiquent, s'unissent et se réunissent pour ne former qu'un seul et même groupe de danseurs colorés.

Dans une ville moderne caractérisée par le développement spectaculaire de sa dimension verticale, les urbains tissent des liens par l'intermédiaire d'un pont qu'ils traversent à leur guise, redonnant ainsi, de par leur déambulation, une véritable dimension horizontale à la ville.

 

fleche

fleche2

 

 

 

pont  

retour