Défilé Biennale de la danse 2006 
bandeau haut
EQUIPE ARTISTIQUE
 
Chorégraphie
 
xxx

 


Winship BOYD

Danseuse américaine de formation classique et contemporaine,Winship Boyd a été danseuse professionnelle à Kansas City, Seattle et Portland. Titulaire du Diplôme d'Etat en danse (Laban Centre de Londres), elle crée en France (1996) l'association "Itchy Feet Danse". Elle découvre le Hip Hop et co-fonde en 1997 la Cie "Impackt" sélectionnée à la Villette dans le cadre des "Rencontres des cultures urbaines".
En 1998, elle crée la Cie "Itchy Feet" et demeure   la  chorégraphe du défilé de la Biennale de la Danse pour la ville de Vaulx-en-Velin en 2000 et 2002, puis   en 2004 pour le quartier de Lyon, La Duchère .

 

En accord avec le thème de la Biennale, la chorégraphe a voulu s'interroger sur le rapport des hommes avec les bâtiments qui les entourent. Les bâtiments, qui sont pourtant construits par les hommes obligent ces derniers à circuler dans telle ou telle direction. Les habitants de la ville suivent chacun leur chemin, ils vont dans tous les sens mais les bâtiments leur donnent des ordres et les contraignent à dévier de leur route, à changer leur itinéraire.
w
 

 

Ses créations explorent de nombreux univers : les danses urbaines, africaines et contemporaines. Sa réflexion chorégraphique brasse les origines des cultures de la danse et des rapports humains. Winship Boyd participe aussi à de nombreux échanges avec l'Afrique de l'Ouest et anime régulièrement des stages en France, en Suisse et aux États-Unis.

2005 : Résidence-Création (décembre-mars) à l'Espace Sobo Badé au Sénégal, où elle réalise une création contemporaine dans le cadre du programme "Bouses pour artistes Unesco-Aschberg" attribué par l'Unesco .

Présentation de la création au sein d'une tournée à travers l'Afrique de l'ouest, dans les CCF et Alliances Françaises (juin).

winship

UNE CHOREGRAPHIE, TROIS TABLEAUX…

La chorégraphe a choisi de laisser une grande part d'improvisation. Les danseurs ont une grande liberté dans leurs mouvements, ils doivent réagir à la musique, aux mouvements des autres danseurs, au public...

1 - Mouvement brownien
Le mouvement brownien est celui de particules placées dans un gaz ou un liquide. Il est désordonné parce que les particules sont frappées de manière aléatoire par les molécules environnantes. Les danseurs sont à cette image, libres et imprévisibles. Par des déplacements vifs et saccadés ils s'entrechoquent et se heurtent les uns aux autres dans un tourbillon répété et continu. Chacun suit son chemin et essaye de trouver sa voie dans les méandres de la forme urbaine rigide, statique et froide. Puis, petit à petit, une autoroute de mouvements prend forme, tout le monde suit la même direction.
Dans ce premier tableau, le char est désarticulé, il n'a aucune importance, ses trois parties sont disséminées dans la foule.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2004 - 2002- 2000 :  Défilé de la Biennale de la danse de Lyon.

2004 :  cérémonie d'ouverture du Championnat du monde de cross-country en milieu scolaire.

2003 :  création d' "Interstices". Soutenue par la DRAC, le Conseil Régional, le FASILD. Co-production avec le théâtre L'Elysée.

2001: création de "Des fois quand je suis seul j'ai la peau à fleur de rythme". Soutien du FALSILD.

1998 : création de "Chronique".

1998 : création de la compagnie Itchy Feet à Lyon. Elle combine les courants (danse africaine, contemporaine, hip hop, capoiera) et les origines diverses de ses danseurs.

1997, elle co-fonde la compagnie de danse hip hop “Impakt” sélectionnée à la Villette dans le cadre des "Rencontres de cultures urbaines" et co-réalise une vidéo sur les danses urbaines à Dijon.


retour

 

 

2 - Avant la révolution
Les danseurs se regardent et se voient. Prenant conscience de la présence des autres, ils cassent leur déambulation automatique et sortent de leur routine. Leurs mouvements deviennent de plus en plus lents. La tension est palpable. Période de calme avant la tempête. Le char apparaît et prend toute son importance : les trois parties du pont se rejoignent. Les danseurs se regroupent par petites grappes autour du pont.

3 - La fête
Ce dernier tableau est celui de la fête autour du pont, véritable moment de réunion et de partage. Les danseurs laissent éclater leur joie. Joie de s'être libérés des bâtiments oppresseurs, joie de s'être retrouvés, joie de partager la fête avec les spectateurs massés de chaque côté de la rue. Place alors aux mouvements de danse plus complexes. Les danseurs de rock acrobatique entrent en scène.